Les principales erreurs à prohiber lors d’une estimation de maison à Aunay-sur-Odon

Partager sur :

Que ce soit en vue d’une transaction, d’une démarche fiscale ou administrative, l’estimation de la valeur d’un bien doit être réalisée avec soin. Pour cela, il convient de la confier à un professionnel tel qu’un notaire ou un agent immobilier. L’effectuer seul en tant que propriétaire du bien peut vous amener à faire plusieurs erreurs. Les plus à craindre consistent à négliger les impératifs cruciaux de la démarche, dont les suivants.

L’impact de l’emplacement

L’estimation d’une maison à Aunay-sur-Odon nécessite d’évaluer minutieusement la pertinence de la situation du bien. La desserte du quartier en transport, la présence de commodités ou encore l’absence de nuisances aux alentours de la propriété vont, par exemple, augmenter sa valeur. Ne pas en tenir compte va fausser l’estimation.

Les particularités du marché local

Les prix des biens dépendent aussi de l’état du marché à l’échelle du quartier. Ils sont définis à partir de divers paramètres tels que la loi de l’offre et de la demande et les normes en vigueur. Ne pas connaître ces subtilités et les considérer lors de l’estimation du bien va amener à un prix erroné.

Tous les défauts du bien

Dégradation au niveau de la structure de la maison ou encore vice de conformité par rapport aux normes locales, ce sont des exemples de défauts à évaluer correctement lors de l’estimation de la propriété. En négliger un va automatiquement induire en erreur lors de la démarche. Cela va mener vers la surestimation du bien.

Certains de ses atouts

À l’instar des défauts du bien, tous ses atouts doivent aussi être mis en avant lors de son estimation. Que ce soit une vue imprenable ou l’utilisation de matériaux rares, il ne faut rien laisser passer pour réussir la démarche. Il est alors indispensable de tous les connaître sans quoi la propriété risque d’être sous-évaluée sur le marché.

L’objectivité

Chaque caractéristique du bien doit être évaluée de manière objective. Les défauts doivent faire l’objet de décotes et les atouts, de surcotes. Le manque de neutralité aboutit le plus souvent à une surestimation. De fait, l’évaluation faite par le propriétaire du bien peut être faussée par ses émotions.